• Numéro vert : 0800 586 568

Ces maisons qui révolutionnent l’offre médicale

thelem / 11 juin 2018

Regrouper plusieurs praticiens sous un même toit, c’est la bonne idée des maisons de santé pour assurer la continuité des soins et répondre au problème de désertification médicale dans les zones les plus rurales. Un mode d’exercice collectif qui n’hésite pas à faire appel au télésecrétariat.

 

Elles fleurissent un peu partout sur le territoire hexagonal, là où les besoins se font jour, aidées par la politique de santé gouvernementale. Les premières m

aisons ont été introduites par le code de la santé publique en 2007. On en compterait désormais un peu plus de 900 en France, selon un rapport sénatorial paru à l’été dernier.

Leur principe est simple. Elles regroupent des professionnels médicaux et paramédicaux (infirmiers, pharmaciens, psychologues…) autour d’un ou plusieurs médecins généralistes, dans l’optique d’offrir un lieu de prise en charge le plus global possible.

Pour la plupart des praticiens, ce cadre d’exercice permet d’assurer un suivi coordonné des patients, avec de larges amplitudes horaires. Tout en allégeant la charge de travail de chacun, en cohérence avec les nouvelles attentes des jeunes médecins. Cela rompt aussi l’isolement et facilite les décisions collégiales sur des pathologies lourdes.

 

Des services partagés

Un autre avantage se trouve bien sûr dans la mutualisation de charges (locaux, matériels…) et de services comme le télésecrétariat qui est plébiscité, « en dehors de la présence du personnel au standard : tôt en matinée ou après 18 h, mais aussi lors des volumes importants d’appels », précise Caroline Dalmau, Directrice commerciale de Thelem. « Nous travaillons déjà avec plusieurs maisons de santé. » Car, qui dit plusieurs médecins, dit aussi plusieurs plages de rendez-vous à gérer, avec des temps de réponse adaptés à apporter.

Des dotations bénéficient à la mise en place de ces services dans le cadre de la conclusion d’un Contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens avec les Agences régionales de santé. Reste le problème du coût d’installation de ces maisons de santé, généralement élevé, sur lequel le Gouvernement pourrait apporter de nouveaux financements. Il a en tout cas fait savoir qu’il voulait doubler leur nombre d’ici 2022.

@ 2018 Thelem - Tous droits réservés